OLYMPIE

Au pied du mont Kronion, voici Olympie, qui monopolisa pendant près de dix siècles la communion religieuse et politique de la Grèce antique.

Nombreux sont les mythes associés au sanctuaire d’Olympie et aux dieux qui y sont vénérés. De nombreuses versions mythologiques sont attachées à sa création et à son évolution, comme l’on pourrait s’y attendre pour un sanctuaire aussi ancien et important. Au fil du temps, les traditions mythologiques évoluent en fonction de la conception dominante sur les dieux et les héros. Particulièrement, au cours de L’Antiquité tardive, le monde apprécie les arts de la fable et de la narration. En ces temps lointains, de nouveaux mythes sont crées et d’autres plus anciens, sont mis au goût du jour.(Pélops, Héraclès ,Zeus)

 

Les jeux olympiques de l’Antiquité n’étaient, en fait, que des jeux panhelléniques parmi d’autres (comprendre qu’ils rassemblaient des Grecs de toute la Méditerranée) ; tels les jeux pythiques à Delphes, les jeux isthmiques près de Corinthe, et les jeux de Némée, au nord-ouest de Mycènes.

 

Les jeux revêtaient un caractère sacré pour les Grecs de Grèce ou ceux implantés dans des colonies un peu partout dans le monde méditerranéen : pendant leur déroulement, les guerres entre cités s’arrêtaient, et les rivalités étaient mises entre parenthèses. Ils témoignaient d’un idéal d’harmonie entre le corps et l’esprit, qui devait permettre de s’approcher des dieux.les jeux olympiques étaient en effet, avant tout, un rituel religieux entièrement dédié à Zeus et réunissant le Grecs, par opposition aux autres peuples, les Barbares. Et tous les quatre ans, donc, une foule de participants, de commerçants, d’artistes…se retrouvaient dans la cité du Péloponnèse où la religion et le commerce prenaient presque autant de place que le sport…